Qui est Henri NEMARO, le géologue devenu géotechnicien dont le parcours inspire plus d’un ?

Henri NEMARO est titulaire d’une maîtrise en géologie fondamentale et appliquée, d’un diplôme d’études supérieures spécialisées (DESS) en valorisation des ressources du sous-sol de l’école nationale supérieure de la géologie à l’Institut national polytechnique de Lorraine à Nancy en France. Il détient également un master 2, spécialité Administration des entreprises à l’Université de Versailles.

L’ancien étudiant de l’Université de Ouagadougou aujourd’hui Université Joseph KI-ZERBO (UJKZ) s’est assis presque sur tous les bancs d’école pour acquérir le savoir. Son parcours remarquable en est la preuve.

Aujourd’hui, l’homme porte plusieurs casquettes qui font de lui un ingénieur, un géotechnicien, et un enseignant dans les écoles supérieures.

20 ans de carrière professionnelle jusqu’à ce jour, c’est en 2002 que tout commence. De 2002 à 2003, il a exercé en tant que responsable de l’unité du laboratoire au sein de la compagnie Colas BF.

Après ce premier défi relevé, il dépose ses valises à SOGEA SATOM où il travaille pendant 5 bonnes années comme responsable qualité géotechnique. De 2008 à 2010, il exerce toujours comme responsable mais cette fois ci des travaux de gestion administrative et financière. De 2010 à 2011, toujours à SOGEA SATOM, il garde son poste de responsable qualité géotechnique, mais pour le compte du Tchad et celui du Burundi en fin 2011 et ce jusqu’en 2012.

Depuis 2012, le géotechnicien principal de SOGEA SATOM est responsable pays gestionnaire des activités géotechniques avec la participation à la gestion et à l’optimisation de plusieurs projets.

Grâce à sa bonne maîtrise de la gestion financière, il est l’homme en amont et en aval des politiques routières notamment pour ce qui est de   la construction de l’échangeur du Nord et de l’Est, de l’aéroport de Donsin et pour plusieurs routes et barrages.

  Henri NEMARO est celui-là même qui maîtrise la radio protection, la gestion des projets de construction et les problèmes sectoriels du secteur miniers du Burkina.

Le géologue a passé environ 4 ans à la tête de l’Association des Géologues au Burkina Faso (AGBF) et à même participer à la rédaction du code minier du Burkina en 2015.

 

Safa-ou KABORE

Laisser un commentaire