Construisez votre avenir autrement en vous inscrivant à notre Mastère en Ingénierie Pétrolière et Gazière ! ​

Ce cursus complet co-signé par l'IFP School vous permettra d'acquérir de nombreuses compétences techniques grâce à nos experts métier et les immersions au sein de nos entreprises partenaires faciliteront votre insertion dans l'industrie des Hydrocarbures et de l’Energie !​ Vous avez un diplôme d'ingénieur, un Master 2 dans un domaine scientifique ou technique ou tout autre diplôme jugé équivalent ?​Inscrivez-vous sur ce lien :https://swll.to/INPG-candidatures ​Date limite de dépôt des candidatures: 04 août 2022  

Ouganda : le gouvernement lance encore une fois un appel d’offres pour remettre en production la mine de cuivre Kilembe

Les autorités ougandaises ont annoncé mardi 12 avril un appel d’offres pour redémarrer la mine de cuivre historique de Kilembe. Exploitée de 1956 à 1978, il s’agit d’une vaste opération située à la frontière avec la RDC et qui hébergerait environ 4 millions de tonnes de minerai titrant 1,98 % de cuivre et 0,17 % de cobalt, d’après le gouvernement. « Nous avons invité les entreprises à exprimer leur intérêt pour un partenariat avec le gouvernement dans le cadre d’un accord de partage de la production minérale », ont déclaré conjointement les ministres des Finances et des Mines, cités par Reuters. Ce n’est pas la première fois que Kampala tente de relancer les opérations à Kilembe. En 2013 déjà, un consortium chinois mené par Tibet Hima Industry avait gagné l’appel d’offres sans pouvoir ensuite atteindre les objectifs fixés par le gouvernement. Ce dernier a donc mis fin à l’accord en 2017 pour relancer un nouvel appel d’offres deux ans plus tard, sans grand succès. Si la faiblesse des cours du cuivre a longtemps été avancée pour justifier la difficulté du pays à trouver des partenaires capables de remettre en production Kilembe, notons que la situation a désormais radicalement changé. Le prix du métal rouge a plus que doublé depuis…

Burkina Faso : une formation en transfert de connaissances destinée aux enseignants et chercheurs

L’Institut supérieur des sciences de la population (ISSP) a lancé un appel à candidatures pour une formation en transfert de connaissances du 24 au 27 mai à l’intention des enseignants et chercheurs du Burkina Faso. La session de formation se tiendra dans les locaux de l’ISSP dans l’enceinte de l’Université Joseph Ki-Zerbo. Les inscriptions peuvent être envoyées par courriel à l’école jusqu’au 16 mai. La formation sera présentielle, et axée sur trois modules. Le premier portera sur la notion du transfert de connaissances, le deuxième abordera les stratégies de transfert de connaissances et le dernier, les notes de politique relatives au sujet. Les postulants doivent exercer dans une université ou un centre de recherche au Burkina Faso. Reconnu comme un moyen qui contribue à faire connaître et à reconnaître les résultats de la recherche, le transfert de connaissances peut jouer un rôle déterminant dans l'élaboration des politiques publiques. Mais, très souvent, ces documents de recherche sont volumineux et rédigés dans un jargon scientifique qui ne les rend pas facilement exploitables par les décideurs. Cette formation intervient dans le cadre du projet de « renforcement de capacités, production et diffusion de connaissance sur la population burkinabè », financé par l’Union européenne (UE).

Ingénierie-Eau-Environnement : offres de 100 Bourses d’Etudes Internationales

Dans le cadre de la mise en œuvre de son prestigieux son programme de <<Formation Inclusive de Leaders et d’Entrepreneurs en Ingénierie en Afrique (File-In Africa), financé par MasterCard-Foundation , l’Institut International d’Ingénierie de l’Eau et de l’Environnement (2IE) recrute 100 étudiants  afin de leur permettre d’acquérir des connaissances pour constituer la prochaine génération de leaders.